La sauvegarde des données pour la TPE - Astelis

La sauvegarde des données pour la TPE

Backup and restore

Pourquoi faut-il une sauvegarde des données ?

Tout chef d’entreprise sait maintenant à quel point les données générées par son activité sont vitales pour son entreprise. En 2018, il n’y a pratiquement plus de « zone blanche » dans lesquelles les sociétés échappent à la numérisation de leurs données. Depuis que l’Informatique a envahi les bureaux et les ateliers des TPE, la plupart des dirigeants a déjà connu au moins une fois les tracas de la perte de données de gestion ou de fichier client. Alors pourquoi devoir à nouveau se fendre d’un article sur la sauvegarde des données pour les TPE me direz-vous ?

Tout simplement parce que sur le terrain, environ les deux tiers des entreprises de moins de 20 personnes n’ont pas de réelle solution ni de politique fiable de sauvegarde de leurs données !

La sauvegarde minimale en TPE

La plupart des TPE utilisent la technique éprouvée du disque externe de sauvegarde, voire ont investi dans un serveur de stockage NAS connecté sur le réseau. Ce dernier est ainsi utilisé pour réaliser des sauvegardes plus ou moins régulières des données les plus sensibles (propositions, factures, fichiers clients, comptables, salariés…). Cette solution est très largement répandue et procure déjà un premier niveau de préservation des données vitales. En contrepartie, cet espace de stockage est très souvent également utilisé pour stocker tous types de fichiers et le NAS se retrouve vite à jouer les rôles conjoints de serveur de fichiers et d’espace de sauvegarde.  En termes de risques, c’est un peu comme de laisser les clés de la maison sous le paillasson en espérant que personne ne la trouve !

Enfin, la plupart du temps, les sauvegardes de ce type sont rarement vérifiées par le responsable et encore moins souvent testées régulièrement pour en valider l’intégrité ou la facilité de récupération en cas de besoin.

Règles de base de la sauvegarde des données

En matière de sauvegarde des données numériques, on est jamais trop prudent, d’autant plus quand nous connaissons aujourd’hui tous les facteurs qui peuvent potentiellement les faire disparaitre ou les rendre inutilisables. La fameuse règle des 3-2-1 a été créée pour maximiser les chances de récupération des données en cas de sinistre ou d’incident majeur.

Pour rappel, le principe est de répartir les données sauvegardées sur 3 copies, en utilisant au moins 2 médias différents et en s’assurant qu’au moins une de ces sauvegardes est réalisée hors site. Nous savons déjà que la grande majorité des TPE ne suivent pas ces règles et que la survie de leurs données critiques repose donc uniquement sur une copie unique faite sur un disque externe ou un NAS.

Sur le terrain, nous sommes donc encore loin de maximiser la protection des données des petites entreprises. D’autant plus que cette règle ne s’applique qu’à la notion de sauvegarde alors qu’a mon sens, il est tout autant primordial de vérifier régulièrement l’intégrité des données sauvegardées en faisant des tests de restauration partiels ou complets. En effet, bon nombre de responsables informatique se sont déjà retrouvés piégés par une sauvegarde défectueuse voire inexistante alors qu’ils pensaient pouvoir compter dessus.

D’ailleurs, dans le cadre des plans de reprise d’activité (PRA) voire de continuité d’activité (PCA) que nous mettons en œuvre chez nos clients, les tests de bascule et de restauration sont systématiquement prévus tout au long de l’année (ceci étant grandement facilité par les infrastructures virtuelles). Ils permettent de s’assurer que les données vitales au fonctionnement de l’entreprise sont disponibles en permanence, dans des délais très courts et avec une excellente fraicheur.

Pour une petite piqure de rappel, nous vous invitons à consulter notre article sur les règles de base de la sauvegarde.

Optimisez votre informatique pour mieux protéger vos données

Il existe de nombreuses façons de vous simplifier la vie en matière de sauvegarde des données. Mais en tant que responsable informatique voire de dirigeant d’un petite entreprise, vous recherchez avant tout une solution efficace, fiable et qui vous coûte le moins possible en termes de temps et de budget.

De telles solutions existent mais avant toute chose, il peut être salutaire de réfléchir à des moyens de rendre la sauvegarde et la restauration plus simples et plus efficaces. Deux pistes principales s’offrent à vous.

Organiser et cibler vos données

La première concerne la manière d’organiser et de gérer vos données (Cf. notre article) de façon à en limiter le volume utile à sauvegarder. Ce faisant, vous limitez l’espace de stockage requis, le temps de sauvegarde mais également le temps de restauration en cas de nécessité. Vous vous simplifiez également la restauration de quelques fichiers endommagés ou supprimés suite à une erreur de manipulation.

Virtualiser

La seconde concerne la virtualisation de votre infrastructure. En effet, il est aujourd’hui plus simple et plus rapide de sauvegarder et de restaurer des machines virtuelles que des postes ou des serveurs physiques. En poussant ce raisonnement, on parvient à l’externalisation des postes et des espaces de stockage grâce à des solutions de postes virtuels, de stockage en ligne sécurisés. On parle alors d’espace de travail numérique (Digital Workspace).

Le principal avantage de ces solutions est qu’elles intègrent généralement nativement une solution de sauvegarde de vos données et de vos postes de travail.

Dans le cas ou votre Informatique n’est pas virtualisée, sachez qu’il est parfaitement possible de sauvegarder des postes de travail (fixes ou nomades) ainsi que des serveurs physiques. Les processus sont juste un peu plus lourd  que pour des postes virtuels (on parle alors  de restauration « bare metal » pour un équipement complet).

A suivre…

libero elit. Donec leo velit, sed dolor id nec tristique sem,